27 avril 2023

Lancement du projet Ocean Census

Le lancement du projet Ocean Census à Londres

Ocean Census, le programme mondial le plus vaste et le plus ambitieux de l’histoire pour accélérer à grande échelle la découverte et le recensement de la vie dans les océans, a été lancé à Londres le 27 avril 2023. Dans la continuité du soutien que la Principauté de Monaco avait apporté au projet « Census of Marine Life 2010 », la Société des Explorations de Monaco s’engage au nom de ses parties prenantes comme partenaire fondateur du projet Ocean Census. 

Le public présent à la Royal Institution a appris que l’objectif de ce projet était de découvrir 100 000 nouvelles espèces marines au cours de la prochaine décennie, avant que le réchauffement climatique et la surpêche n’entraînent la disparition définitive de populations marines entières. 

Ocean Census Launch
La conférence de lancement du projet Ocean Census à Londres. 27 avril 2023©Courtesy of Ocean Census

Un projet initié par la Nippon Foundation et Nekton

L’alliance mondiale Ocean Census a été fondée par la Nippon Foundation, la plus grande fondation philanthropique du Japon, qui s’attaque aux problèmes mondiaux par l’innovation sociale, et par Nekton, un important institut britannique de recherche marine. Les autres partenaires de cette initiative seront des scientifiques, des entreprises, des médias et des membres de la société civile. Le programme sera basé au musée d’histoire naturelle de l’université d’Oxford, au Royaume-Uni.

Ocean Census Laucnh, Yohei Sasakawa, Chairman of the Nippon Foundation
Yohei Sasakawa, président de la Nippon Foundation, lors de la conférence de lancement©Courtesy of Ocean Census
Rupert-Grey-JPEG-768x960©Nekton

« L’océan est un bien inestimable qui est aujourd’hui gravement menacé par le manque de gestion. »

Rupert Grey, Président de Nekton. Conférence de lancement de Ocean Census. 27 avril 2023. 

Poisson-cercueil photographié au large des Maldives en septembre 2022 dans le cadre d'une mission scientifique visant à cartographier, échantillonner et recueillir des données sur la santé des océans©Courtesy of Ocean Census

Une véritable course contre la montre

Les scientifiques impliqués dans ces opérations de recensement de la vie dans les océans se lanceront dans des dizaines d’expéditions en haute mer au cours de la prochaine décennie, en tirant parti de l’évolution rapide de l’extraction de l’ADN, du séquençage des gènes, de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle pour décrire plus d’espèces, plus rapidement. Chaque nouvelle espèce découverte viendra enrichir la connaissance de « l’arbre de la vie ».

NOUS N’AVONS DÉCOUVERT QUE 10 % DE LA VIE OCÉANIQUE. NOUS NE POUVONS PAS PROTÉGER CE DONT NOUS NE SOUPÇONNONS PAS L’EXISTENCE.

La gouvernance des Explorations de Monaco

25 août 2022

J-40 : la mission océan Indien en pleins préparatifs.

La mission océan Indien en pleins préparatifs.

Dans le cadre de la préparation de la prochaine mission en océan Indien, Gilles Bessero, directeur de la Société des Explorations de Monaco s’est rendu au Cap en Afrique du Sud le 9 août dernier. Au programme : visite du navire S.A. Agulhas II, finalisation du contrat d’affrétement et revue des prestations complémentaires nécessaires au bon déroulement de la mission.

Ce déplacement était organisé en concertation avec Dave Murray, responsable des services offshore chez African Marine Solutions (AMSOL), opérateur pour le compte du gouvernement sud-africain du S.A. Agulhas II, le navire qui sera affrété pour la mission.   

Dès son arrivée, le directeur des Explorations de Monaco s’est rendu au port du Cap afin de visiter le S.A. Agulhas II, accompagné de Margaux Noyon, chercheuse à l’Université Nelson Mandela qui fera partie des scientifiques embarqués. Accueillis par Knowledge Bengu, capitaine du navire, et guidés par l’officier électronicien Orlando, Gilles Bessero et Margaux Noyon ont fait le tour de l’ensemble des locaux et équipements scientifiques ainsi que des lieux de travail et de vie des futurs embarquants.

Après cette visite approfondie, ils se sont rendus chez Marine Solutions, société spécialisée dans l’intervention offshore, pour faire le point sur la préparation de l’installation et de la mise en œuvre depuis le S.A. Agulhas II d’un engin sous-marin téléopéré (ROV) Seaeye Cougar. Cet engin, permettra aux scientifiques de réaliser des prélèvements d’échantillons et de réaliser des images sous-marines et des inventaires de la biodiversité jusqu’à 700m de profondeur.

Le lendemain, une réunion de planification pilotée par Dave Murray a permis d’échanger avec les principaux intervenants sud-africains autour des objectifs de la mission et des soutiens attendus dans le cadre de l’affrètement notamment en termes d’expertise, d’équipements scientifiques, d’acquisition et de traitement des données.

Dave Murray et Gilles Bessero se sont ensuite entretenus avec la société Shevon, spécialisée dans les solutions de communication à propos de l’équipement de l’auditorium du S.A. Agulhas II pour les visio-conférences et de la modernisation de l’installation VSAT de communication par satellite. Les questions de soutien santé et de protocole sanitaire ont ensuite été abordés avec le Dr Truter, le médecin qui sera à bord du S.A. Agulhas II pendant la mission. La journée s’est terminée par une réunion, consacrée aux derniers ajustements du contrat d’affrétement du navire et une rencontre avec Paul Maclons, président-directeur général d’AMSOL.

Pont avant vu de la passerelle
Laboratoire humide
Laboratoire de biologie
Auditorium
S.A. Agulhas II
Précédent
Suivant

S.A. Agulhas II

Construit en 2012 en Finlande, le navire océanographique sud-africain du Département de la Forêt, des Pêches et de l’Environnement, mesure 134 mètres de long et 22 mètres de large. Il est alimenté par un système diesel-électrique d’une puissance de 12 000 KW. Armé par 44 membres d’équipage, il peut accueillir 100 passagers.

Conçu pour le soutien du programme antarctique de l’Afrique du Sud, c’est l’un des navires de recherche les plus grands et les plus modernes au monde. Il est doté de nombreux laboratoires et équipements destinés aux opérations océanographiques et à la recherche marine, environnementale, biologique et climatique. Il constitue une plateforme puissante et efficace pour la recherche pluridisciplinaire.

24 juin 2022

Les Explorations de Monaco recrutent !

La Société des Explorations de Monaco recrute un(e) assistant(e) coordination

Les Explorations de Monaco lancent le recrutement d’un(e) assistant(e) coordination. 

Régime de travail : temps complet (39 heures par semaine)

Localisation : poste basé à Monaco

Contrat à durée déterminée

Date de prise de poste souhaitée : 11 juillet 2022  


Recrutement clos.

13 mai 2022

Mission océan Indien : deux artistes en résidence.

Mission Océan Indien : deux artistes en résidence

Le 15 novembre 2021, la Société des Explorations de Monaco lançait un appel à résidence d’artistes. Cet appel avait lieu dans le cadre de la prochaine mission programmée en océan Indien d’octobre à novembre 2022. A la suite de cet appel,  56 candidatures d’artistes de 14 pays différents ont été examinées par le comité de sélection réuni à cet effet. Au mois de février, ce comité avait pré-sélectionné six artistes. Ces six artistes ont ensuite été invités à venir présenter leur projet aux membres du comité le vendredi 6 mai dernier au Musée océanographique de Monaco.

A l’issue de ces auditions, le choix s’est finalement porté sur deux jeunes créateurs : Elise Rigot et Rémi Leroy. Ils embarqueront tous les deux à bord du S.A. Agulhas II, aux côtés des équipes de scientifiques engagées dans cette grande aventure.

Délibération du comité de sélection le 6 mai 2022 au Musée océanographique de Monaco © Michel Dagnino. Institut océanographique

La composition du comité de sélection

Le comité qui a mené le processus de sélection depuis le lancement de l’appel à résidence au mois de novembre 2021 et procédé aux auditions était composé des personnalités suivantes : Robert CALCAGNO, Président du comité, Directeur général de l’Institut océanographique et Administrateur délégué des Explorations de Monaco, Françoise GAMERDINGER, Directeur des Affaires culturelles, Virginie RAIMBERT, Directeur de l’Institut du Patrimoine, Björn DAHLSTRÖM, Directeur du Nouveau Musée National de Monaco, Thierry LEVIEZ, Directeur de l’Ecole Supérieure des Arts Plastiques de Monaco, Olivier WENDEN, Vice-Président de la Fondation Prince Albert II de Monaco, François SIMARD, Secrétaire du Comité d’orientation de la mission océan Indien, Bernard REILHAC, Directeur du Développement de l’Institut océanographique et Gilles BESSERO, Directeur de la Société des Explorations de Monaco. 

Elise Rigot est une artiste et chercheuse en design basée à Toulouse, en France. Son travail questionne les liens entre les sciences naturelles, les sciences de l’ingénieur et l’art, ainsi que la perception que nous avons de la variété des êtres vivants, et comment nous pourrions nous rendre plus sensibles à ceux-ci. Elle utilise des technologies 3D (impression 3D, scan, VR, rayon-x, etc.) pour leur puissance politique et esthétique, ainsi que le son et les podcasts. Se mettre à la place des êtres vivants qui nous entourent, adopter leur point de vue est l’une de ses approches. 

Précédent
Suivant

Le 6 mai, Elise Rigot a détaillé le concept de son projet artistique devant le comité © Michel Dagnino. Institut océanographique

Précédent
Suivant

Rémi Leroy a partagé avec le comité la traduction artistique son engagement pour l'environnement © Michel Dagnino. Institut océanographique.

Rémi Leroy: cap vers un dialogue Art-Science

Peut-on raconter au-delà des mots la recherche scientifique, trop souvent cantonnée à un langage hermétique et complexe ? En quoi l’interdisciplinarité et le travail de terrain peuvent-ils enrichir le regard des scientifiques et du public ? Ces réflexions constituent la matière première des projets que défend Rémi Leroy. Il tente à travers eux d’unir ses différents parcours (artiste, ingénieur spécialisé dans les énergies renouvelables, enseignant). Son dessein : contribuer à la révolution écologique en créant des récits illustrés capables d’amener un vaste public à concevoir d’autres manières d’interagir avec l’environnement. 

Quatre autres beaux projets présentés le 6 mai 2022.

Hormis les deux candidats lauréats, Elise Rigot et Rémi Leroy, les autres artistes participants étaient les suivants : Debby Mason, Elsa Guillaume, Fédérico Campanale et Toby Wright. Les projets, tous de grande qualité, ont été présentés avec passion et conviction. 

Debby Mason vit à Plymouth, en Angleterre. Elle est spécialisée dans les gravures et les illustrations de la vie marine. Son travail traduit son amour de la mer et de la vie étonnante qu'elle contient. Il est très important pour elle de montrer cette beauté et sa réalité.© Michel Dagnino. Institut océanographique.
Elsa Guillaume, artiste plasticienne basée à Paris, est aussi plongeuse. Du dessin à la sculpture, en passant par l'installation et la vidéo, elle développe une recherche plastique consacrée aux représentations de l'univers maritime © Michel Dagnino. Institut océanographique.
Federico Campanale, photographe et réalisateur de films, basé à Amsterdam, aux Pays-Bas, est un artiste qui explore des concepts liés aux interactions sociales et aux phénomènes naturels. Ses vidéos et séries de photos traitent de l'émotion, de la dynamique temporelle ou des processus de mémoire © Michel Dagnino. Institut océanographique.
Toby Wright est un artiste peintre qui vit à Monaco.A la recherche de sites naturels exceptionnels, il voyage à travers le monde avec son chevalet et ses peintures. Il s’inspire des grands artistes du passé, qui ont repoussé la limite du confort dans leur quête du beau. Certains au nom de la science, d’autre au nom de l’art, tous au nom de l’humanité © Michel Dagnino. Institut océanographique.
Précédent
Suivant

21 janvier 2022

Six nominations pour « Alick and Albert », le film documentaire, en Australie

Six nominations pour le film "Alick and Albert" aux récompenses 2021 du réseau cinématographique du Queensland, en Australie.

Six nominations pour « Alick and Albert » en Australie dans le Queensland ! Ce film a pour personnages principaux l’artiste Alick Tipoti et S.A.S. le Prince Albert II de Monaco. Il fait donc partie des trois documentaires sélectionnés pour l’attribution des récompenses du réseau cinématographique du Queensland pour l’année 2021. « Alick and Albert » concourt pour les distinctions suivantes :

Meilleur film documentaire – Meilleure musique – Meilleure photographie – Meilleure réalisation – Meilleure production – Meilleur montage. 

Tous les amis du film ont dès à présent la possibilité d’exprimer leur soutien en votant en ligne sur le site internet de l’Australian Screen Industry Network.

Six nominations pour "Alick and Albert", le film documentaire, en Australie
L'artiste engagé du détroit de Torrès, Alick Tipoti, en conversation avec S.A.S. le Prince Albert II de Monaco. Badu Island, octobre 2018 © Ariel Fuchs. Monaco Explorations

Créé en 2008, ce réseau réunit des professionnels du cinéma et des entreprises avec l’objectif de promouvoir le cinéma australien. Son but est notamment de positionner le Queensland comme le principal centre de l’industrie cinématographique australienne. Depuis 2010, il récompense chaque année les meilleures productions du continent.

A propos du film

Le documentaire « Alick and Albert » retrace la relation et les échanges entre S.A.S. le Prince Albert II de Monaco et l’artiste australien Alick Tipoti. Une amitié née de leur rencontre au moment de l’exposition « Taba Naba : Australie, Océanie, arts des peuples de la mer » au Musée océanographique de Monaco en 2016. Rencontre ensuite prolongée sur l’île de Badu, dans le détroit de Torrès au nord de l’Australie en 2018, dans le cadre d’une mission des Explorations de Monaco, puis à nouveau à Monaco en 2019.

Réalisé par Douglas Watkin et produit par Trish Lake et Meredith Garlick, le film a été présenté en avant-première aux Rencontres internationales du cinéma des antipodes de Saint-Tropez (France) puis en première australienne au Festival international du film de Brisbane (Australie). Il sera présenté en sélection au prochain Festival international du film documentaire océanien à Tahiti.

16 décembre 2021

Joyeuses fêtes !

Toute l’équipe des Explorations de Monaco vous souhaite de joyeuses fêtes et vous présente ses meilleurs vœux pour 2022.

Joyeuses fêtes!

10 décembre 2021

Le Futur des déchets plastiques aux Seychelles

Le programme TFO

Depuis 2020, le programme d’innovation ouverte « Le Futur des déchets plastiques » (The Future Of) a pour ambition de mettre en œuvre des solutions efficaces de recyclage, de transformation et de réduction des déchets plastiques dans l’océan Indien en soutenant des initiatives innovantes et multi-acteurs aux Seychelles. Ce programme est mené en partenariat avec le gouvernement des Seychelles, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), l’entreprise SoScience, et la Société des Explorations de Monaco. Il s’intègre à la démarche et aux activités du projet DiDEM, coordonné par l’IRD et destinée à faciliter le dialogue science-décideurs pour une gestion intégrée des environnement littoraux et marins dans l’océan Indien occidental.

Le futur des déchets plastiques aux Seychelles
Affiche du programme TFO

6 projets sélectionnés

Pour donner suite à l’appel à projets lancé en octobre 2020, 38 participants ont été réunis au cours des journées partenariales organisées les 27 et 28 mai derniers. Ces journées et les échanges qui ont suivi ont permis l’émergence de six projets collaboratifs sélectionnés au cours du mois d’août 2021. Ils ciblaient les actions et objectifs suivants :

  • Compréhension et cartographie des sources de pollution plastique,
  • Collecte physique et tri efficace des déchets plastiques,
  • Transformation des plastiques collectés,
  • Éducation environnementale et sensibilisation en amont.
Le futur des déchets plastiques aux Seychelles
Anse Capucin. Sud-est de Mahé. Seychelles © Katrin Perchat.
Précédent
Suivant

30 novembre 2021 aux Seychelles : les membres du jury délibèrent... © Katrin Perchat.

3 projets lauréats. Et les gagnants sont…

Parmi ces 6 projets, le comité de sélection réuni le 30 novembre 2021 a désigné les 3 projets lauréats du programme. Pour leur démarrage, ils bénéficieront d’un accompagnement sur les six premiers mois et d’un budget de lancement. La complémentarité des projets sélectionnés, tout comme leur faisabilité, a été soigneusement évaluée selon une grille de critères établis au préalable.

Projet lauréat n°1 : lancement d’une campagne de sensibilisation

Cette campagne sera menée par plusieurs acteurs locaux et réunit des compétences multiples, comme le Département de l‘Economie bleue, la Fondation pour un tourisme durable, le Ministère de l’Education des Seychelles ou l’IRD. Elle aura pour but d’améliorer la sensibilisation et l’éducation en matière de déchets auprès de la population des Seychelles et des différents acteurs de la société civile. Les objectifs ce cette campagne :

  • Réduire la production de déchets et accroître les efforts de recyclage,
  • Minimiser les déchets résiduels,
  • Prévenir et limiter les décharges sauvages grâce à un effort de collaboration entre les différentes parties prenantes des secteurs public et privé et de la société civile.

Projet lauréat n°2 : collecte connectée aux Seychelles

Ce projet réunit deux ONG locales axées sur le développement du tourisme durable, la Fondation pour un tourisme durable (SSTF) et l’Association Hospitalité et Tourisme aux Seychelles (SHTA), une entreprise locale de conseil en solutions pour les déchets plastiques, Yes Consulting, et une entreprise sociale basée en Inde : Sanshodhan. Cette dernière a développé une application numérique qui associe dans un même cycle vertueux les industriels, les consommateurs et les entreprises de recyclage. Cette mise en réseau favorise le fonctionnement d’un système de gestion des déchets recyclables plus transparent, efficace et durable. L’idée est d’adapter ce concept au contexte des Seychelles.

Projet lauréat n°3 : une machine à recycler à la portée de tous

Tout en réduisant la quantité de déchets mis en décharge, ce projet a pour ambition de promouvoir des technologies simples, peu coûteuses et faciles à utiliser pour traiter et transformer les déchets. Il s’appuie sur un projet communautaire mondial : le Precious Plastic Project. L’idée est d’impliquer les acteurs locaux et les particuliers dans la conception de produits utiles et à faible impact, pour développer à terme une économie micro-circulaire en créant de nouveaux produits.

Lutte globale et à grande échelle contre le plastique

Comme dans de nombreuses régions du monde, la pollution plastique s’intensifie dans l’océan Indien et touche même des zones ou îles très isolées comme Aldabra. A l’échelle régionale, la Commission de l’océan Indien (COI), l’Agence Française de développement (AFD) et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) ont signé le 9 juillet dernier une convention de financement du projet ExPLOI, pour Expédition Plastique océan Indien. Ce projet régional vise à coordonner la lutte contre la pollution plastique et à promouvoir l’économie circulaire. Il est complémentaire de la démarche menée à travers le projet DiDEM et de l’initiative TFO aux Seychelles.

Halte à la pollution plastique !

Accumulation de déchets plastiques sur une plage aux Comores © IRD - Nourddine Mirhani
Les écosystèmes récifaux de l'océan Indien sont directement impactés par la pollution plastique. Îles Eparses © IRD - Pascale Chabanet
Pollution par les macro-déchets. Îles Glorieuses © IRD - Pascale Chabanet
Accumulation de déchets plastiques sur une plage. Comores © IRD - Nourddine Mirhani
Déchets plastiques en forêt. Mahé. Seychelles © Katrin Perchat
Mangrove polluée. Mahé. Seychelles © Katrin Perchat. .
Précédent
Suivant

15 novembre 2021

Appel à résidence d’artiste à bord. Mission océan Indien 2022

Résidence d'artiste: embarquez à bord du S.A. Agulhas II

Dans le cadre de sa prochaine mission en océan Indien en octobre et novembre 2022, la Société des Explorations de Monaco lance un appel à manifestation d’intérêt pour une résidence d’artiste à bord. Le S.A. Agulhas II embarquera à son bord à Maurice une équipe internationale d’une centaine de personnes. Cette équipe sera composée de scientifiques, jeunes chercheurs et étudiants, cinéastes et photographes, plongeurs, communicants et acteurs de la société civile. La mission d’étude, pluridisciplinaire, alliera recherche scientifique, médiation auprès des publics et coopération gouvernementale. Cette nouvelle mission est le premier volet du projet « Monaco Explorations ». Ce projet a été approuvé comme contribution à la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable 2021-2030. Dans la grande tradition des explorations scientifiques des XIXème et XXème siècles, la Société des Explorations de Monaco souhaite enrichir la composition de cette équipe aux compétences multiples. Un ou une artiste est invité(e) à rejoindre l’équipe pour vivre cette aventure. Vous êtes intéressé? 

La mission océan Indien 2022

Depuis leur lancement en avril 2017, les Explorations de Monaco, ont conduit une douzaine de missions à travers le monde. Des missions riches d’expériences au contact de la nature et de l’Océan et de rencontres humaines. La mission « Océan Indien » s’inscrit à son tour dans cette quête d’humanisme et de vérité scientifique. La zone principale d’étude se trouve entre la Réunion, Maurice et les Seychelles. Le plateau de Saya de Malha sera le point d’intérêt principal de la mission. Le trajet prévisionnel est le suivant :  embarquement à Maurice autour du 10 octobre 2022, puis parcours Maurice => La Réunion => Aldabra => Mahé => Saya de Malha => Saint-Brandon => Maurice. La mission prendra fin à Maurice vers le 20 novembre 2022.

Mission océan Indien. Appel à résidence d'artiste

Vous êtes candidat(e)?

Cet appel à manifestation d’intérêt s’adresse à des artistes de toutes nationalités en activité.

Comment manifester votre intérêt et déposer votre candidature ?  

Merci d’envoyer votre fiche d’inscription accompagnée des pièces du dossier d’intention par e-mail à l’adresse suivante 

residence.artiste@monacoexplorations.org

Calendrier et processus de sélection

Date limite de dépôt des candidatures : 7 janvier 2022 minuit CET.

Un comité de sélection composé de plusieurs personnalités, issues du monde de la mer et de l’exploration, de l’art et de la culture scientifique, établira la liste des candidat(e)s présélectionné(e)s pour une audition au cours de laquelle ils seront invités à présenter oralement leur projet. 

Cette présélection sera annoncée aux candidat(e)s retenu(e)s à partir du 25 février 2022 .

Ils seront convoqués pour leur présentation, en principe au cours de la semaine du 25 avril 2022. 

Les résultats définitifs seront annoncés au plus tard le 13 mai 2022.

Toutes les informations relatives au déroulement de la mission, ainsi que les attentes des organisateurs relatives aux créations de l’artiste lauréat(e) lui seront alors notifiées.

Composition du dossier d'intention

Le dossier d’intention demandé est composé des éléments suivants :

Le formulaire de candidature.

Un curriculum vitae (1 page maximum).

Un descriptif/argumentaire exprimant vos motivations pour ce projet (1 page maximum).

Une note conceptuelle expliquant ce que vous souhaitez créer et réaliser à partir de ces deux mois de mission et de résidence à bord, la vision que vous avez en tête et les créations ou productions que vous envisagez pendant tout le déroulement du projet (2 pages maximum).

Un dossier artistique (book) présentant vos travaux et projets passés, actuels et à venir (20 pages maximum). Le dossier pourra si vous le souhaitez inclure des lettres de recommandation, critiques et avis extérieurs sur vos créations.

Une fiche décrivant les modalités techniques et financières envisagées pour la préparation puis la réalisation de l’œuvre et sa diffusion, en précisant les partenaires et soutiens que vous comptez mobiliser et la nature des apports attendus de leur part.

Vos disponibilités pendant les trois mois précédents la période d’embarquement et les six mois qui suivront la mission.

13 octobre 2021

Alick and Albert : le film en avant-première à St-Tropez

Le mercredi 13 octobre 2021, le film documentaire « Alick and Albert », réalisé par Douglas Watkin, a ouvert en avant-première, en présence de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco et de nombreuses personnalités, la 23ème édition des Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes de Saint-Tropez. 

La soirée en images

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, en compagnie de Bernard Bories, Président de Cinéma des Antipodes, évoque sa rencontre avec Alick Tipoti juste avant la projection du film ©Philippe Fitte. Monaco Explorations
Mme Siri, Maire de St-Tropez, remet à S.A.S. le Prince Albert II de Monaco l'ouvrage "St-Tropez: rêve éternel" de Jean-Louis Chaix ©Philippe Fitte - Monaco Explorations
S.A.S. le Prince Albert II de Monaco entouré des personnalités suivantes : à sa droite; M.Bernard Bories, Président de Cinéma des Antipodes, Mme Greta Morgon Elangué, Présidente du jury, Mme Sonia Rolland, actrice et membre du jury, à sa gauche; Mme Sylvie Siri, Maire de St-Tropez, M. Samuel Le Bihan, acteur, Mme Lilly-Fleur Pointeaux, actrice et membre du jury, M. Robert Calcagno, Directeur général de l'Institut océanographique et Administrateur délégué des Explorations de Monaco ©Philippe Fitte - Monaco Explorations
S.A.S. le Prince Albert II de Monaco devant l'affiche du film "Alick & Albert" devant la salle Renaissance, sur la place des Lices, à St-Tropez, le 13 octobre 2021, soir de l'avant-première. A sa droite, M. Robert Calcagno, Directeur général de l'Institut océanographique, Fondation Albert Ier, Prince de Monaco et à sa gauche, M. Bernard Bories, Président de Cinéma des Antipodes ©Philippe Fitte - Monaco Explorations
13 octobre 2021. Avant-première de "Alick & Albert", Saint Tropez, 23èmes Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes. S.A.S. le Prince Albert II de Monaco entouré des membres du jury du Festival, de gauche à droite : M.Bernard Bories, Président de Cinéma des Antipodes, Mme Greta Morgon Elangué, Présidente du jury, Mme Sonia Rolland, actrice et membre du jury, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, Mme Sylvie Siri, Maire de St-Tropez, Mme Lilly-Fleur Pointeaux, actrice et membre du jury, M.Gérard Krawczyk, réalisateur et membre du jury, M. Hughes Peysson, distributeur et membre du jury ©Philippe Fitte - Monaco Explorations
Avant-première de "Alick and Albert", Saint-Tropez, 23èmes Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes. De gauche à droite: S.E. M. Laurent Stefanini, Ambassadeur de France à Monaco, S.E. Mme Gillian Bird, Ambassadrice d'Australie en France et à Monaco, M. Bernard Bories, Président de Cinéma des Antipodes, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, Mme Sylvie Siri, Maire de St-Tropez, M. Jack Hawke, représentant Mme Trish Lake de Freshwater Pictures, M. Robert Calcagno, Directeur général de l'Institut océanographique, Fondation Albert Ier, Prince de Monaco et Administrateur délégué de la Société des Explorations de Monaco ©Philippe Fitte - Monaco Explorations.
Façade de la salle Renaissance, Place des Lices, St-Tropez, 13 octobre 2021 ©Didier Théron - Monaco Explorations.
De gauche à droite : Mme Leila Elling, Présidente de l'Association des Amis du Musée océanographique de Monaco, M. Robert Calcagno, Administrateur délégué de la Société des Explorations de Monaco, Mme Sylvie Siri, Maire de St-Tropez ©Philippe Fitte - Monaco Explorations
Accueil des premiers invités à la salle Jean Despas où est présentée l'exposition de photographies "Badu Island", évoquant la mission des Explorations de Monaco et le déplacement de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco en novembre 2018 dans le détroit de Torrès, à l'invitation d'Alick Tipoti ©Philippe Fitte - Monaco Explorations
Précédent
Suivant

Le film retrace la relation et les échanges entre S.A.S. le Prince Albert II de Monaco et l’artiste australien Alick Tipoti. Une amitié née de leur rencontre à l’occasion de l’exposition « Taba Naba : Australie, Océanie, arts des peuples de la mer » au Musée océanographique de Monaco en 2016 et de celles qui ont suivi sur l’île de Badu, dans le détroit de Torrès au nord de l’Australie en 2018, dans le cadre d’une mission des Explorations de Monaco, puis à Monaco en 2019.

EDM-Mission-Badu-Island_Nov-2018_Ariel_Fuchs
Novembre 2018, île de Badu. L'artiste Alick Tipoti et S.A.S. le Prince Albert II de Monaco échangent leurs réflexions sur l'état du monde ©Ariel Fuchs. Monaco Explorations.

Le film explore l’intersection de l’art, de la science et de la nature par un échange constructif et respectueux entre deux hommes, deux univers, deux modèles de société. Il questionne sur la diversité des rapports de l’Homme à la Nature dans le monde actuel et transmet un message universel en faveur de la paix, de la tolérance et de l’harmonie entre l’Humanité et l’Océan.

 

Île de Badu, détroit de Torrès, Australie. Vue aérienne ©Ariel Fuchs - Monaco Explorations
Île de Badu, détroit de Torrès, Australie. Vue aérienne ©Ariel Fuchs - Monaco Explorations

Projections privées

Le film sera projeté en première mondiale lors du Festival international du film de Brisbane en Australie avant sa sortie dans les salles de cinéma australiennes. En attendant la possibilité d’organiser sa première internationale à l’occasion d’un festival européen ou nord-américain et de programmer en conséquence sa sortie en salles en dehors de l’Australie, le film est présenté en projections privées sur invitation, notamment au Musée océanographique de Monaco et à la Maison des océans à Paris.

23 juillet 2021

Gombessa 6 Cap Corse. Retour en surface à Monaco

Retour en surface à Monaco le 20 juillet 2021

Après 20 jours de mission pour tenter de percer le mystère des anneaux coralligènes au large du Cap Corse, la flottille de la mission Gombessa 6, composée du bâtiment de soutien et d’assistance Pionnier, du catamaran Victoria IV et de la barge de l’Institut National de la Plongée Professionnelle (INPP), est arrivée dans le port de Monaco le lundi 19 juillet en fin de journée. Cette fin de mission en terre monégasque saluait une collaboration de longue date avec la Principauté. La Fondation Prince Albert II de Monaco et la Société des Explorations de Monaco font partie en effet des partenaires principaux des deux dernières expéditions Gombessa 5 et 6.

Les quatre aquanautes : Laurent Ballesta, Antonin Guilbert, Thibaut Rauby et Roberto Rinaldi sont sortis de la station bathyale le lendemain, mardi 20 juillet à 18h00, après avoir effectué leur cycle de décompression.

La barge de l'INPP dans le port de Monaco pour le retour du Cap Corse de l'expédition Gombessa 6. 20 juillet 2021©Didier Théron. Explorations de Monaco
La flotille Gombessa 6 en vue de la Principauté de Monaco. 19 juillet 2021©Didier Théron. Explorations de Monaco
© Didier Théron. Monaco Explorations
Le Pionnier dans le port de Monaco. 20 juillet 2021 © Didier Théron. Monaco Explorations
Expédition Gombessa 6. Vue de la station bathyale sur la barge de l'INPP. En arrière-plan, le Pionnier. 20 juillet 2021© Frédéric Pacorel. Institut océanographique
©Didier Théron. Monaco Explorations
Précédent
Suivant
Les quatre explorateurs des grands fonds ont été accueillis à leur sortie par les représentants officiels de la Principauté monégasque © Frédéric Pacorel. Institut océanographique
Les quatre aquanautes de la mission GOmbessa 6: Laurent Ballesta (et sa petite fille), Roberto Rinaldi, Antonin Guilbert et Thibaut Rauby, à leur sortie de la station Bathyale. 20 juillet 2021, Monaco © Frédéric Pacorel. Institut océanographique.
Laurent Ballesta sort de la station bathyale. Monaco, 20 juillet 2021, 18h © Jordi Chias. Expeditions Gombessa
Les quatre aquanautes de Gombessa 6 en haut de la station bathyale juste après leur sortie. En arrière-plan : le Mont Agel. Monaco, 20 juillet 2021© Jordi Chias. Expeditions Gombessa
Précédent
Suivant

La sortie des aquanautes

Les quatre explorateurs des grands fonds ont été accueillis à leur sortie par S.E. M. Pierre Dartout, Ministre d’État de la Principauté, S.E. M. Bernard Fautrier, Conseiller spécial de S.A.S. le Prince Souverain chargé des questions d’environnement, M. Olivier Wenden, Vice-Président de la Fondation Prince Albert II de Monaco, M. Robert Calcagno, Administrateur Délégué de la Société des Explorations de Monaco et M. Gilles Bessero, Directeur de la Société des Explorations de Monaco.

Premières impressions

Pendant la conférence de presse donnée peu de temps avant leur sortie de la « station bathyale », les quatre aquanautes ont livré leurs premières impressions. Une expédition Gombessa 6 menée à bien avec succès sur le plan des opérations scientifiques et de la prise d’images, malgré une météo capricieuse.   

Précédent
Suivant

Conférence de presse en direct de la station bathyale. 20 juillet 2021, 17h, Monaco© Didier Théron. Monaco Explorations

Une météo venteuse

Douze plongées profondes réalisées entre 115 et 140 mètres de fond en 16 jours : un rythme intense pour les quatre aquanautes, malgré des vents souvent violents au Nord-Est du Cap Corse, auxquels la flottille Gombessa 6 a été confrontée. Ces conditions de mer difficiles ont rendu à certains moments la manipulation de la tourelle de plongée particulièrement délicate, cette dernière étant descendue et remontée sur la barge à chaque plongée. Une performance technique d’autant plus remarquable.

Les suites de la mission

Tous les protocoles scientifiques prévus pendant la mission, mis en place avec 35 scientifiques français et étrangers, ont pu être menés à bien : carottage de deux noyaux centraux d’anneaux coralligènes, pose et récupération d’un courantomètre à effet Doppler et d’hydrophones, reconstruction 3D (par photogrammétrie) de 4 anneaux, prélèvements d’eau et de sédiment, détection d’espèces méconnues, prise d’images… Une première série de résultats sera présentée en septembre. Des prélèvements ADN ainsi que des modélisations 3D apporteront bientôt des éclaircissements et permettront de mieux comprendre l’origine des anneaux coralligènes, leur fonctionnement, leur âge.