Mission Océan Indien : Découvrir la mission

Le message de S.A.S le Prince Albert II de Monaco

« Ce qui me frappe aujourd’hui, c’est que l’expertise et la recherche dans le domaine maritime n’ont jamais réellement été des priorités. L’océan reste largement méconnu. Il recèle pourtant tant et tant de trésors. Mieux les connaître est indispensable pour assurer la protection de notre planète. C’est pour ces raisons qu’au-delà de l’héritage historique et familial, j’ai ressenti la nécessité de relancer les Explorations de Monaco, inaugurées par Albert Ier il y a un peu plus de cent ans. »

L’Homme et l’Océan – S.A.S. le Prince Albert II de Monaco – Flammarion et Versilio, 2022.

Le mot du chef de mission

« Traduction concrète de l’engagement de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco pour l’Océan, la mission océan Indien mobilise des moyens importants : l’un des plus grands navires océanographiques en service et une équipe internationale d’environ 150 personnes représentant une vingtaine de nationalités et des profils variés : scientifiques aguerris, jeunes chercheurs et étudiants, artistes, cinéastes et photographes, plongeurs, communicants, acteurs de la société civile. Une seule ambition pour tous les partenaires : comprendre, partager et mobiliser afin que l’Océan demeure durablement un bien commun de l’Humanité. »

Gilles Bessero, chef de mission. Directeur de la Société des Explorations de Monaco

Gilles-Bessero_Chef-de-la-mission-ocean-Indien©Magali-Boussion_MonacoExplorations_low.jpg

Le trajet de la mission

Au programme :

  • Départ du A. Agulhas II le 3 octobre en Afrique du Sud.
  • 4 escales : Maurice, la Réunion, Les Seychelles, Maurice.
  • Un périple d’environ 7 300 mille marins (13 500 km)
  • 2 mois de navigation rythmés par les différentes opérations de mesures et de prélèvements prévues tout au long du trajet du bateau.
  • Des stations de recherche programmées autour de l’atoll d’Aldabra, sur le banc Saya de Malha pendant 15 jours et autour de l’île de Saint Brandon.
  • Un retour au Cap le 30 novembre 2022.

Les objectifs

  • Comprendre, analyser et évaluer l’état et le fonctionnement écosytémique de la zone explorée par une approche scientifique globale, basée sur les sciences de la durabilité.
  • Partager les enjeux et les connaissances avec le plus grand nombre. Inciter à l’engagement.
  • Mobiliser les gouvernements par l’action diplomatique, en mettant à disposition les informations et résultats de la mission pour contribuer à une gestion durable des espaces maritimes.

Les enjeux

Etabli par le comité d’orientation international qui a guidé la préparation de la mission, l’état des connaissances actuel de la zone explorée a révélé des lacunes et des manques importants. L’un des enjeux principaux de la mission est de contribuer à les combler. Pluridisciplinaire, elle va traiter d’un large spectre de sujets. En voici quelques-uns :

  • Etude du milieu physique et chimique :
    • Cartographier les fonds et identifier les différents types d’habitats sous-marins,
    • Étudier les interactions entre les courants et les organismes marins dans le contexte de processus océanographiques complexes,
       
  • Etude du milieu vivant :
    • Recenser la biodiversité,
    • Evaluer le niveau d’endémisme sur le banc de Saya de Malha, comprendre le fonctionnement des réseaux trophiques, étude de la productivité de la zone à travers le plancton, …

  • Etude des échanges Océan-Atmosphère :
    • Évaluer la capacité de stockage du carbone atmosphérique par les organismes végétaux du banc de Saya de Malha. Cet herbier sous-marin d’environ 40 000 km2 de surface compte parmi les puits de carbone les plus puissants de la biosphère. Ils ont un rôle essentiel dans la régulation du climat.
  • Etude des impacts de l’Homme :
    • Caractériser la pollution plastique, son origine, identifier les menaces d’accumulation de déchets.
    • Estimer les impacts de la pêche, du tourisme et d’autres activités humaines exerçant une pression sur le milieu naturel et ses ressources.

Carnet de bord : vivre la mission au jour le jour

Où se trouve le bateau aujourd’hui ? Quelle est la météo ? Que va-t-il se passer à bord et quelles sont les opérations prévues demain ? Pour le savoir et vivre la mission en direct en compagnie des scientifiques, des artistes ou du reste de l’équipage, accédez au carnet de bord !

La dimension diplomatique

Inspirateur et guide de cette nouvelle mission des Explorations de Monaco en océan Indien, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco perpétue l’engagement personnel de son trisaïeul le Prince Albert Ier et de son père le Prince Rainier III pour l’environnement de notre planète.

Dans le cadre des relations diplomatiques, la mission est coordonnée avec un déplacement officiel dans la région de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, programmé entre le 20 et le 27 octobre 2022. Ce volet diplomatique se prolongera par d’autres activités officielles en lien avec les objectifs de la mission, notamment les interventions du Prince Souverain dans différents forums et évènements internationaux traitant de la protection de l’Océan.

» Il est de mon devoir de prendre ma part du défi lancé à ma génération : trouver des solutions afin de préserver notre planète, notre bien le plus précieux ».

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco. L’Homme et l’Océan, Flammarion / Versilio. 2022

La dimension scientifique

Un programme Pluridisciplinaire et international

Le programme scientifique est structuré autour de l’étude de deux espaces maritimes bien identifiés : le banc Saya de Malha et une sélection d’îles et de monts sous-marins situés sur le trajet de la mission.

Ce programme est orienté par les quatre thématiques principales des Explorations de Monaco : la protection des corauxla protection de la mégafauneles aires marines protégées et les nouvelles techniques d’explorations. Il vise à satisfaire en priorité les besoins des gouvernements des Seychelles et de Maurice tout en veillant aussi à une bonne articulation avec les instances et initiatives internationales et régionales concernées

Projet de recherche 1 : étude pluridisciplinaire du banc Saya de Malha. Une prospection de la biodiversité benthique et de l’écosystème pélagique. Projet mené par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), en collaboration avec des partenaires de Maurice et des Seychelles ainsi que des universités de Lodz (Pologne) et Nelson Mandela (Afrique du Sud). 

Projet de recherche 2 : microplastique et pathogènes coralliens – MADCAPS 28. Projet mené par l’UMR Entropie de l’Université de la Réunion, l’IRD, l’association Best Run et Ocean CleanUp. 

Projet de recherche 3 : l’étude de la structure génétique et des niveaux de contamination et de stress des tortues marines – GECOS. Projet mené par l’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la MER), le Centre des tortues Kelonia à la Réunion et l’Université d’Aalborg (Danemark) 

Projet de recherche 4 : l’étude de l’impact combiné des activités humaines sur les côtes et du changement climatique sur les écosystèmes marins – 4SEA. Projet mené par l’IFREMER et l’UMR Marbec à Sète. 

Projet de recherche 5 : le programme de surveillance BGC-ARGO. Projet mené par le CNRS, Sorbonne Université et l’Institut de la mer de Villefranche sur Mer. 

Projet de recherche 6 : conservatoire mondial du corail. Projet mené par le Centre Scientifique de Monaco et l’Institut océanographique, Fondation Albert Ier, Prince de Monaco. 

Projet de recherche 7 : déploiement de bouées dérivantes de surface pour l’étude des courants. Projet mené par Météo France, l’IRD et l’Institut des océans de l’Université d’Australie occidentale. 

 

La dimension de médiation

Fédérer les publics, créer l’interactivité et le dialogue, susciter l’engagement

La mission dans l’océan Indien ne repose pas uniquement sur un programme scientifique dense et pluridisciplinaire. Son objectif est également de valoriser les contenus, connaissances et ressources issues de cette opération, en favorisant l’échange et la transmission des savoirs avec le plus grand nombre, par un programme de médiation varié qui s’adresse, dans ses différentes composantes,  à un large public, aux acteurs de la société civile et aux décideurs. 

Le comité d'orientation

Garantir une approche holistique

Composé de quatorze personnalités et experts internationaux, le Comité d’orientation de la Mission veille à la pertinence et à la cohérence des objectifs de la mission et de son intérêt dans le contexte régional et international. Son rôle majeur est de garantir une approche multidisciplinaire et transdisciplinaire, incluant les sciences naturelles et sociales, conformément aux principes de la science de la durabilité.

Les membres du Comité ont effectué une synthèse de l’état des connaissances actuelles sur la zone explorée ; inventaire des expéditions et des travaux antérieurs, questions de gouvernance, questions scientifiques, questions de communication et de médiation. Cette revue détaillée guide et oriente la conduite de la mission.

La gouvernance des Explorations de Monaco