La protection des coraux

Une priorité

Hawaï, Palaos, Eilat en Israël, la Méditerranée ou encore la Norvège ; la société des Explorations de Monaco et ses partenaires font de l’étude des récifs coralliens dans les régions tropicales et des coraux profonds dans le monde entier une priorité. Plusieurs missions déjà effectuées leur ont été consacrées en totalité ou en partie. Ce travail de recherche s’inscrit dans le cadre de la politique de sauvegarde globale de la biodiversité marine menée à l’échelle internationale par la Principauté de Monaco et son Souverain.

Les récifs coralliens
Un réservoir de biodiversité…

Répartis sur toute la ceinture tropicale et subtropicale du globe, les récifs coralliens des mers chaudes font partie des écosystèmes majeurs sur la planète. Vieux de 240 millions d’années, les coraux bâtisseurs de récifs protègent les côtes de l’érosion et des assauts de l’océan. Ils recouvrent une surface d’environ 284 000 km2, soit 0,1% à peine de la surface des océans. Pourtant, ils abritent 30% de la biodiversité marine, une proportion considérable. Des millions de personnes et des dizaines d’Etats en dépendent pour leur économie halieutique et touristique et pour leur subsistance.

Vue aérienne du récif, îles Palos, océan Pacifique © Hélène Souche.
Massif de Montipora sp., corail choux fleur. Iles Palaos © Richard Brooks. Explorations de Monaco.

… en grand danger

Aujourd’hui, les récifs coralliens sont considérés comme étant en danger d’extinction. Principaux responsables de cette situation : le réchauffement climatique et la montée des eaux, l’acidification des océans, la pression humaine sur le milieu naturel avec la pêche excessive ou illégale, la pollution ou les constructions côtières. 

Galerie photo

Beauté et fragilité du récif ; polypes ouverts sur une branche de corail. Iles Palaos. © Magali Boussion. Explorations de Monaco.
Récif au Antilles, vue sous-marine. Martinique. © Olivier Borde. Explorations de Monaco.
Massif de Montipora sp., corail choux fleur. Iles Palaos © Richard Brooks. Explorations de Monaco.
Vue aérienne du récif, îles Palos, océan Pacifique © Hélène Souche.
Récif corallien à Santa Marte. Colombie, côte Atlantique. Au premier plan, poisson ange français. © Olivier Borde. Explorations de Monaco
Corail cervelle, détail. Palaos, océan Pacifique © Magali Boussion. Explorations de Monaco
Précédent
Suivant

1°C suffit…

Les récifs coralliens sont régulièrement victimes du phénomène du blanchissement : en cas d’augmentation brutale et rapide de la température, les coraux expulsent les algues microscopiques qui vivent en symbiose dans leurs tissus et blanchissent. Une augmentation de 1°C suffit à déclencher ce phénomène. En 2016, il a provoqué en 6 mois 30% de mortalité sur la Grande Barrière de corail en Australie. Les scientifiques constatent que les épisodes de blanchissement les plus récents augmentent à chaque fois en intensité, en fréquence et en durée…

Récif au Antilles, vue sous-marine. Martinique. © Olivier Borde. Explorations de Monaco.
Récif corallien à Santa Marte. Colombie, côte Atlantique. Au premier plan, poisson ange français. © Olivier Borde. Explorations de Monaco

Coraux profonds: un espoir ?

En mer, la zone mésophotique est cette zone de pénombre dans la colonne d’eau où seule la longueur d’onde bleue de la lumière pénètre. Située entre 40 et 180m de profondeur environ en fonction des régions du monde, elle abrite des coraux profonds bâtisseurs de récifs, des pôles à l’équateur. L’étude de ces espèces encore très mal connues s’intensifie. Certaines d’entre elles pourraient être en effet réimplantées en surface dans les zones récifales endommagées. Les Explorations de Monaco leur ont déjà consacré plusieurs missions.

Monaco : un lien particulier avec le corail

De la ferme à corail et des écosystèmes récifaux présentés à l’Aquarium du Musée Océanographique aux laboratoires de recherche du Centre Scientifique de Monaco, le corail est depuis longtemps l’objet d’une forte mobilisation de la Principauté.

La co-présidence de l’ICRI

La co-présidence jusqu’en 2020, avec l’Australie et l’Indonésie, de l’Initiative internationale pour les récifs coralliens (ICRI), la Déclaration pour la sauvegarde des récifs coralliens lancée lors de la Conférence « Our Ocean » par S.A.S le Prince Albert II de Monaco, les missions organisées dans le cadre des Explorations de Monaco ou soutenues par la Fondation Prince Albert II de Monaco réaffirment l’engagement de la Principauté en faveur de la protection des coraux.