1er au 4 novembre 2018

MISSION BADU 2018 – PACIFIQUE

Une rencontre entre deux mondes

Dans le cadre des Explorations de Monaco, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco rencontrait sur l’île de Badu, dans le détroit de Torrès, entre l’Australie et la Papouasie Nouvelle-Guinée, le peuple Badulgal, une communauté qui vit avec l’Océan, qui vit de l’Océan et qui se soucie de l’Océan et des pressions qui menacent cette symbiose.

Le déroulé de la mission

Premier Chef d’Etat à se rendre sur l’île, S.A.S. le Prince Souverain, accompagné notamment de Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographique, a partagé quelques jours en immersion avec le peuple Badulgal, afin d’appréhender les fondements d’une culture basée sur une perception du monde très différente de la nôtre.

Rencontre avec les Elders, © A.Fuchs_Explorations de Monaco
Discussion entre Alick Tipoti et S.A.S. le Prince Souverain -© A.Fuchs. Explorations de Monaco.

Une longue amitié

La visite du Prince Souverain répondait à l’invitation d’Alick Tipoti, artiste Badulgal engagé qui, en 2016, lors de l’exposition Taba Naba avait réalisé une œuvre exceptionnelle de plus de 600m2 pour le toit du Musée océanographique de Monaco et avait exposé un bronze de Dugong grandeur nature.

Alick Tipoti : un artiste de renommée internationale

À travers son art, exposé dans les plus grands musées du monde, Alick Tipoti raconte comment culture orale, musique, danse et arts visuels s’interpénètrent pour nous livrer des connaissances fondamentales sur l’environnement marin, essentielles à la survie des peuples.

Girelal, réputée comme étant la plus grande linogravure au monde, est présentée dans le cadre de l’exposition Badu Island. L’œuvre a comme sujet le lien culturel entre les autochtones et leurs ancêtres spirituels, les Muruygal. Elle est composée de dessins traditionnels mélanésiens Zenadh-Kes.

Oeuvre linogravure Girelal, Alick Tipoti © M. Dagnino. Institut océanographique

Zugub

Alick Tipoti porte le nom traditionnel de Zugub, qui lui permet de se référer aux esprits de ses ancêtres, le Zugubal. « Quand je travaille tard le soir à sculpter des motifs traditionnels, je peux sentir la présence des esprits que je reconnais et remercie verbalement pour leur aide dans la visualisation des mots qu’ils m’ont donnés ». 

Photo Alick en costume de danseur traditionnel (Michel Dagnino).
S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco écoute de discours de bienvenue. Badu island. © A. Fuchs. Explorations de Monaco

Une autre vision de l’Océan

L’interdépendance de la communauté Badulgal avec son environnement (la nature les soutient et ils s’efforcent de l’entretenir en retour), leur façon d’exploiter les ressources, leur connaissance et leur pratique du monde marin sont sources d’inspiration pour nos sociétés modernes et occidentales, ainsi que pour le message délivré par S.A.S. le Prince Souverain afin de promouvoir la gestion durable et la protection de l’Océan.

Les îles du détroit de Torrès

Située à 14 000 km de la Principauté de Monaco, à la jonction de la mer de Corail et de la mer d’Arafura entre l’Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’île de Badu fait partie des îles du détroit de Torrès qui regroupent une population estimée à sept mille habitants répartis sur quatorze îles. Principale population autochtone d’Australie, leur histoire se différencie de celle des Aborigènes notamment par leur liens ethniques et culturels forts avec les peuples mélanésiens voisins. Dénommés « Peuple de la mer », leur quotidien est régi par une interaction forte avec le monde marin. La diversité marine qui les entoure, dont les animaux tels que dugongs, tortues marines et requins, régit leurs traditions et leur savoir-faire et conditionne leur survie.

Badu, vue aérienne © A. Fuchs. Explorations de Monaco

Situer Badu et le détroit de Torrès

Vernissage de l'exposition Badu dans la Salle de Conférences du Musée océanographique de Monaco. © M. Dagnino. Institut océanographique

Une exposition photographique

Vingt-quatre panneaux pour découvrir les échanges entre S.A.S le Prince Albert II et les familles de l’île de Badu. Des photographies et deux magnifiques linogravures d’Alick Tipoti qui mettent en valeur la culture plurimillénaire de ce peuple de la mer, confronté quotidiennement à l’évolution d’un monde en pleine mutation et témoignent de la sensibilité de l’artiste et de son osmose profonde avec les forces de la Nature et de l’Océan.

Un documentaire en cours

Bien que vivant dans deux sociétés que tout oppose en apparence, l’artiste et le chef d’État partagent une vision commune et unissent leurs forces au service de l’Océan. Ce portrait croisé fera l’objet d’un documentaire réalisé par Trish Lake. Sa sortie est prévue en milieu d’année 2020.

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco est entouré de Nicolas Laurent(à sa gauche), Ariel Fuchs et Robert Calcagno (casquette), au pied d'une immense termitière argentée. © Sylvain Péroumal. Explorations de Monaco.

Les participants

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco,

M. Nicolas Laurent (chef de mission),

Colonel Bruno Philipponnat (chargé de mission auprès de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco),

M. Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographique, Fondation Albert 1er Prince de Monaco,

M. Ariel Fuchs (écrivain),

M. Sylvain Péroumal (vidéographe Terre M’air Production).

 

Articles associés