7 juillet 2021

Gombessa 6 : Cap Corse

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

La nouvelle expédition Gombessa a débuté le 1erjuillet

Après Gombessa 5 : Planète Méditerranée en juillet 2019, c’est à nouveau à la Grande Bleue qu’est consacrée l’expédition « Gombessa 6 : Cap Corse », menée par Laurent Ballesta et l’équipe d’Andromède Océanologie. Cette nouvelle aventure à la découverte des grands fonds, entreprise en mai, est soutenue par la Principauté de Monaco, la Fondation Prince Albert II de Monaco et les Explorations de Monaco. La dernière phase débutée le 1er juillet est menée à partir de la station bathyale installée sur la barge de l’INPP, à partir de laquelle les quatre Aquanautes de Gombessa 6 exploreront les grands fonds pendant 18 jours passés à saturation. Elle prendra fin le mardi 20 juillet 2021 dans le port de Monaco, où la flottille de Gombessa 6 accostera après deux jours de traversée depuis le Cap Corse. C’est au cours de ces deux journées de navigation que s’effectuera la décompression des plongeurs à bord de la station bathyale.

Entretemps, de nouvelles pages passionnantes de la plongée sous-marine et de l’exploration de la Méditerranée auront été écrites. 

Percer les secrets du Cap Corse...

Les expéditions Gombessa visent à témoigner, grâce à des méthodes de plongée innovantes, des mystères inaccessibles du monde sous-marin. Les eaux secrètes du Cap Corse et de la côte orientale en regorgent… Les motivations essentielles de cette nouvelle expédition, Laurent Ballesta et ses compagnons les puisent dans les deux objectifs majeurs qu’ils se sont fixés dans le cadre de cette nouvelle aventure :

Le premier est de mieux connaître, pour ensuite mieux la préserver, la dernière population d’anges de mer en Méditerranée française, ces requins aujourd’hui menacés qui ont donné leur nom à la Baie des Anges de Nice,

Le deuxième : résoudre l’énigme scientifique de l’origine et de la diversité des « atolls » de coralligènes profonds.

Station bathyale©Laurent Ballesta_Andromede Oceanologie_GOMBESSA 5_2
La station bathyale©Laurent Ballesta_Andromède Océanologie_GOMBESSA 5

Les Atolls engloutis...

Une série de campagnes scientifiques préalables menées de 2011 à 2014 : Cap Coral, Coral Corse et MedAtolls, au Nord-Est du Cap Corse, ont révélé de nouvelles structures de formation circulaire appelées « atolls de coralligène », structures bioconstruites uniques, généralement constituées d’un noyau central de coralligène et entourées d’une couronne de rodholithes, formations en blocs de concrétions organiques, essentiellement des algues calcaires. Plus de mille atolls ont ainsi été identifiés entre 110 et 130 m de profondeur lors de ces campagnes. Ces anneaux de corail profonds n’avaient jamais été décrits auparavant et constituent de véritables monuments naturels. 

En juillet 2020, lors d’une plongée de vingt-huit minutes à 120 mètres de profondeur, Laurent Ballesta a observé au sein de ces atolls profonds une biodiversité exceptionnelle, dans un état de conservation remarquable. 

 

L'intérêt des plongées profondes

L’intérêt des plongées profondes à saturation à partir de la station bathyale, éprouvé à l’été 2019 lors de la mission Gombessa 5, va permettre, en ce mois de juillet 2021, d’exploiter les possibilités offertes par des temps de plongée prolongés pour progresser dans la résolution de l’énigme scientifique de l’origine, de la formation et de la diversité de ces atolls de coralligène profonds au large du Cap Corse. Que cachent ces formations circulaires profondes ? L’hypothèse de leur origine, liée par exemple à des formations gazeuses reste à confirmer. Gombessa 6 devrait apporter de nouveaux éléments de réponse…

Captures sonar des anneaux de coralligene©Andromède Océanologie
Le mystère des anneaux©Laurent Ballesta_Gombessa Expeditions
Tourelle mobile de la station bathyale ©Laurent Ballesta. Andromède Océanologie, GOMBESSA 5.
L'aquanaute Thibault Rauby©Laurent Ballesta.Andromède Océanologie. GOMBESSA 5
Previous
Next

Les derniers anges de mer

L’emblématique requin ange de mer, officiellement classé comme étant en danger critique d’extinction par l’UICN, a été observé et photographié par Laurent Ballesta l’été dernier dans les herbiers de posidonie de la côte orientale Corse, à -40 m. La Corse serait donc, en Méditerranée française, le dernier refuge connu pour cette espèce. En parallèle des plongées à saturation, des outils cartographiques et des méthodes innovantes d’échantillonnage de la biodiversité sont déployées tout au long de cette mission pour découvrir où vit précisément l’ange de mer et quelle est, en Corse, l’étendue et l’importance de la population présente. Depuis le 14 décembre 2018, lors de la tenue à Monaco de la 3ème session de la Réunion des signataires du Memorandum d’Entente sur les requins migrateurs, l’ange de mer a été inclus à la liste des espèces qui devraient bénéficier de mesures de conservation renforcées à l’échelle internationale et notamment en Méditerranée.

Specimen d’ange de mer, Squatina squatina, photographié aux Canaries en décembre 2020 © Magali Boussion

Partage de résultats

 

Laurent Ballesta et Julie Deter, responsable scientifique de l’expédition, ont présenté l’étude en cours en Corse et les premières observations réalisées, lors de la journée Internationale des anges de mer, le samedi 26 juin.

A l’issue de la mission, toutes les données scientifiques seront valorisées au travers le développement d’un outil de gestion pour la préservation des atolls de coralligène ainsi que la préservation de l’habitat de l’ange de mer en Corse et plus largement en Méditerranée.